Le Guide alimentaire canadien et l’assurance vie

Fini l’arc-en-ciel des groupes alimentaires; place à l’alimentation réfléchie. Le Guide alimentaire canadien, jusqu’à tout récemment reconnaissable à son arc-en-ciel de groupes alimentaires, a été publié en 2007. C’est sans grande surprise qu’il a finalement été métamorphosé en janvier 2019. Plusieurs scientifiques ont qualifié ce changement d’historique et d’extrêmement positif.

Qu’est-ce qui a changé?

Le Guide alimentaire canadien comporte maintenant trois groupes alimentaires : les légumes et les fruits, les aliments à grains entiers (quinoa, riz brun et pâtes faites de grains entiers) et les aliments protéinés (pois chiches, lentilles, boissons de soya enrichies, noix, graines, tofu, viandes maigres et produits laitiers faibles en gras). Le Guide ne conseille plus un nombre précis de portions par groupe alimentaire, mais encourage plutôt les Canadiens à porter attention aux proportions et à remplir la moitié de leur assiette avec des fruits et légumes.

Les recommandations du Guide alimentaire canadien

Le Guide émet des recommandations simples :

  • Prenez conscience de vos habitudes alimentaires
  • Cuisinez plus souvent
  • Savourez vos aliments
  • Prenez vos repas en bonne compagnie
  • Utilisez les étiquettes des aliments
  • Limitez la consommation d’aliments élevés en sodium, en sucres ou en gras saturés
  • Restez vigilant face au marketing alimentaire

L’alimentation saine a-t-elle une influence sur l’assurance vie de mes clients?

Absolument. Comme nous le savons, les tarificateurs se basent sur l’âge, le style de vie et l’état de santé pour évaluer le risque de mortalité. Il n’est pas surprenant de constater à quel point l’alimentation joue un rôle important dans la santé, et c’est pourquoi il est essentiel de porter attention au nouveau Guide alimentaire. Une bonne alimentation est cruciale, car certains risques pour la santé, comme la cardiopathie, le diabète, l’obésité et l’hypertension artérielle, sont liés à de mauvaises habitudes alimentaires.

Dans la section Guides de tarification du site Sélection Tarif Expert, vous pouvez constater que des surprimes modérées et élevées sont appliquées à ces risques. Les risques plus graves pour la santé, comme les maladies pouvant entraîner un infarctus du myocarde, sont carrément refusés. Cela signifie que la société d’assurance considère le risque trop important et qu’elle n’est pas en mesure de le prendre en charge pour le client.

Partagez

Informez vos clients sur les effets que peut avoir l’alimentation sur l’assurance vie à l’aide des trois conseils énoncés dans notre article qui leur est destiné.

Partager cet article de L’Interconnexion avec votre client :
Le Guide alimentaire canadien : des conseils pour une vie longue et en santé