À terre et faites-en 40 : le pouvoir des pompes

Les maladies cardiovasculaires (MCV) sont la principale cause de décès dans le monde et demeurent l’une des principales priorités de la tarification des produits d’assurance vie et de prestations du vivant. La détermination des risques à long terme de développer une MCV suscite l’intérêt des chercheurs, des tarificateurs et des actuaires.

Une étude récente menée auprès de plus de 1 500 pompiers de sexe masculin de 21 à 66 ans sur une période de 10 ans a cherché à déterminer le lien entre un simple exercice, quelques pompes pour être exact, et le risque de développer une MCV. Les résultats de cette étude sont pour le moins convaincants. L’étude a révélé que les pompiers qui pouvaient effectuer un minimum de 40 pompes en 30 secondes avaient un risque considérablement plus faible de crise cardiaque, d’insuffisance cardiaque et d’autres maladies cardiovasculaires au cours de la décennie suivante comparativement à ceux qui ne pouvaient effectuer que 10 pompes dans le même temps.[1]Cela se traduit par une réduction de 96 % de l’incidence des MCV entre les pompiers qui pouvaient effectuer plus de 40 pompes et ceux qui ne pouvaient en effectuer plus de 10. C’est une réduction importante du risque! Même les pompiers qui ont pu effectuer de 11 à 20 pompes en 30 secondes ont quand même affiché une réduction de 64 % des MCV, ce qui confirme qu’il n’est pas nécessaire d’être un athlète professionnel pour obtenir des résultats positifs. Une meilleure santé est à la portée de tous.

Avant de vous propulser au sol pour enfiler des pompes, il y a tout de même quelques mises en garde à garder à l’esprit. L’étude ne prétend pas que les pompes en elles-mêmes réduisent le risque de développer des MCV. En fait, l’hypertension et le tabagisme demeurent les facteurs de risque les plus élevés de ces maladies et peuvent nuire à la santé cardiaque indépendamment de l’exercice. De plus, l’étude ne portait que sur des hommes assez jeunes – la moyenne d’âge étant de 39,6 ans – et elle excluait complètement les femmes. Chez les femmes, les MCV se développent de 7 à 10 ans plus tard que chez les hommes et demeurent la principale cause de décès chez les femmes de plus de 65 ans.

Alors, qu’est-ce que cela signifie pour vous, le professionnel de l’assurance? Essentiellement, cela confirme que l’exercice est impératif pour la santé et la longévité du cœur. Malgré tout, il est important de garder une vue d’ensemble : l’exercice est peut-être essentiel à la santé cardiaque, mais ce n’est pas tout, car d’autres facteurs peuvent influer sur les maladies cardiovasculaires. Pour mieux aider vos clients, tenez-vous au courant sur la santé cardiaque et les risques cardiovasculaires en explorant des études similaires sur la condition physique et la mortalité. Maintenant… à terre et faites-en 40!

[1] (Yang, Justin; Christophi, Costas A.; Farioli, Andrea, 2019)

Partager cet article de L’Interconnexion avec votre client :
À terre et faites-en 40 : le pouvoir des pompes